Interdire la religion


Toutes les sectes ( et nous définirons par "secte" l'ensemble des religions, croyances et autres mouvements mystiques prétendument guidés par une force supérieure à l'homme) s'attachent sans exception aucune à asservir l'homme, à le débiliter, à en faire une sorte d'esclave volontaire afin de mener à bien une seule et unique prérogative : La quête du pouvoir.

Du premier sorcier qui dans les cavernes, par quelques tours de passe-passe, impressionnait son auditoire en imposant son autorité sur les autres en invoquant les esprits; à nos Ayatollah, papes, et autre Raël, toujours les mêmes rites désuets, toujours la même menace de punition divine pour celles ou ceux qui ne se plieraient pas, à genoux, aux dictas psychotiques de ces tristes illuminés.
Du marabout au prêtre exorciste toujours la même et sempiternelle rengaine vient marteler à nos oreilles le chant angoissant des sirènes du malheur, de l'apocalypse , du salut de nos âmes. Priez pauvres pêcheurs, vivez dans la peur, l'angoisse et la crainte et peut-être que l'éternité vous tendra les bras... Mais surtout n'oubliez pas, avant de regagner vos demeures pour y répandre la bonne parole, comme une syphilis galopante dans le cœur de vos enfants, de verser de l'argent pour les deniers du culte...

Il semble acquis que, quelques soit le degré de richesse de leurs interlocuteurs, ces sectes aient définitivement arrêtées le prix de l'aller simple pour le paradis à celui d'une participation financière.

Il va également de soit que les détenteurs de stock options (que sont nos bons dirigeants, journalistes, stars footballistiques, et autres idoles radiophoniques) si généreux et si prompts à flatter la foi des fidèles seront prioritaires en cas de trop forte affluence.

Les liens tissés depuis maintenant trop longtemps entre religion et pouvoir doivent être défaits. Combien de chefs d'état se réclament de dieu et s'en remettent à son jugement afin de mieux faire passer les lois les plus infamantes, les plus honteuses que l'humanité n'ai jamais connue. De la terreur iranienne, à l'abrutissement boulimique américain, chacun de ces dirigeants s'appuie le plus légalement du monde sur des constitutions qui reconnaissent explicitement l'existence du divin. Face à cette évidence quel hérétique oserait s'opposer aux politiques les plus extrêmes, les plus fascisantes, et ainsi s'attirer les foudres de l'éternel? Les Usa rétablissent le droit à la torture, la peine de mort y est appliquée la bible à la main. Les mollahs proclament des fatwas tapis dans leurs mosquées. La chancelière allemande prête serment sur la bible de servir, au nom de dieu, les intérêts du peuple germanique comme le fît l'un de ces plus glorieux prédécesseur cinquante ans plus tôt. L'Espagne, l'Angleterre, la Belgique, le Canada, l'Australie et autres 29 pays se réfèrent à des constitutions monarchiques et intègrent, le plus normalement du monde, l'évidence de la supériorité de leur souverain puisque ce dernier est à sa place par la volonté du ciel.

Et le mal continu de se rependre de plus en plus ouvertement... De la remise en question de la loi de 1905, à cette nouvelle guerre de religion qui se fait de plus en plus pressante... Tous essaient de tirer leur épingle du jeu. Chaque croyance se renforce dans la haine de l'autre et, plus la misère se fait sentir, plus leur pouvoir s'étend sur les populations les plus faibles, les moins instruites. Le monde semble s'être pris les pieds dans un engrenage sans fin et si un coup d'arrêt des plus brutal n'est pas assené au plus vite à tous ces mythes en mal de reconnaissance nul doute que nous courons à la plus terrible des catastrophes. A quand de nouvelles croisades? Mais cette fois en lieux et place de quelques illuminés cuirassés sur leur cheval, partant se faire estropier la lance à la mains par les sarrasins, c'est à coup d'ogives nucléaires que risque bien de s'achever le plus amer des constats d'échec, celui de l'intelligence.

On nous demande chaque jour de choisir notre camp en vu de l'affrontement final, dont les émeutes de banlieues ne sont qu'un avant goût, une sorte de répétition forcée. Nous devons être avec ou contre l'islam... mais il parait qu'être contre s'est forcément être catholique ou juif ! Qui osera élever la voix dans ces instants pour tracer une nouvelle voie, la seule qui puisse nous sortir de cette nauséabonde intempérie culturelle dans laquelle nous nous sommes embourbés. La seul solution qui s'offre à nous et à nos enfants de vivre dans un monde débarrassé de tout préjugé, de toute violence, avec un autre but que celui de se dominer l'un l'autre, la seule et unique voie qu'il reste à explorer pour les plus averties d'entre nous, pour ceux qui croient encore à l'intelligence de l'homme, c'est celle de l'athéisme.

Celle d'une république Athéiste ou toute religion serait proscrite, totalement interdite, pour notre plus grand bien, pour notre salut. L'interdiction de rassemblement totale dans tous les lieux de culte, leurs réaffectations à des projets plus utiles, plus social, pour le bon fonctionnement de notre société. La restauration d'un système éducatif digne de notre pays, de sa culture passée. Seul un apprentissage de qualité de nos citoyens basé sur a réflexion, l'intelligence, l'ouverture d'esprit et la connaissance saura permettre à notre civilisation de survivre à son plus grand fléau : l'ignorance. L'ignorance qui amènent des populations entières, devenues malléables, à se prosterner devant n'importe quel épouvantail, pourvu qu'on lui donne le nom de totem, relique, ou icône avant qu'un dictateur vêtu des habits du divin les exhorte à la haine, puis les mène à la bataille, avec au bout la promesse de quelques quignons de pain, de vin et de femmes à violer.

Aujourd'hui nous en sommes là, à espérer raviver le goût des foules pour les spectacles les moins racoleurs, à essayer de restaurer une conscience collective pour laquelle l'argent n'est pas tout , et pour laquelle savoir n'est pas synonyme de prétention mais de sagesse et de progrès. Qui lève encore les yeux vers le ciel, la nuit, pour y voire autre chose que des étoiles filantes et des mauvais présages... Qui contemple encore les étoiles pour y chercher l'avenir de l'humanité, notre futur. Personnes ne semble plus rêver de conquêtes, d'avancées technologiques et sociales, de paix...

S'il reste un Petit Prince dans cet univers désœuvré j'espère, pour monsieur St Exupéry, qu'il n'a pas une PSP à la place du cerveau ou un I-phone à la place du cœur.

Articles les plus consultés